), Entrez-le si vous voulez recevoir une réponse, Berlioz (Jonathan Ruiz) - école d`Epiais-Rhus, activité : cartels - Musées de la Ville de Genève, L`IDENTIFICATION DES BESOINS DES ENTREPRISES, © 2013-2020 studylibfr.com toutes les autres marques commerciales et droits dauteur appartiennent à leurs propriétaires respectifs. On distingue : La diversification liée (lorsqu'il existe des synergies entre la nouvelle activité et l'ancienne : iPod, iPhone et iPad pour Apple). Les relations interorganisationnelles permettent aux organisations indépendantes d’avoir accès à des ressources externes ou de pénétrer de nouveaux marchés et, à ce titre, représentent un levier essentiel d’avantage concurrentiel. Porter a avancé trois stratégies génériques ː rester le leader du marché en gardant les coûts bas ; vendre un produit qui est suffisamment distinct des autres pour qu'il ne puisse pas être concurrencé par d'autres produits d'entreprises concurrentes (différenciation), et identifier une part spécifique du marché où il n'y aurait que peu de concurrents (spécialisation / segmentation). Une stratégie d’affaires bien définie, basée sur votre plan d’affaires, vous permet de mieux cerner l’avenir de votre entreprise, et précise le chemin pour y parvenir. Porter était bien conscient des enjeux, observant comment les entreprises sous restrictions de la législation antitrust pouvaient se sentir incapables de répondre aux concurrents tentant s'emparer d'une petite part du marché, ou comment les grandes entreprises pouvaient user de poursuites antitrust pour harceler les petits concurrents[17]. La stratégie doit faire correspondre les ressources et compétences de l'organisation (prépondérantes selon l'approche par les ressources défendue notamment par Jay Barney[23]) aux menaces et opportunités de son environnement (prépondérantes selon l'approche de Michael Porter[21]). Les deux autres catégories étaient les "vaches à lait" (cash cow) et les "points d'interrogations" (question marks). D’autres sont émergentes et répondent à des événements non prévus auxquels la firme réagit. Alors que pour ces mastodontes, l'organisation interne était un problème majeur, précisément à cause de leur taille et de leur poids et la contrainte de la législation antitrust américaine, la compétition n'était pas si importante pour elles. Avec une courbe sur un graphique, on pouvait montrer l'état d'une relation compétitive. Avec son bagage académique de business school, Michael Porter a alors vu une opportunité de prendre la théorie par un autre bout. On peut considérer que l’entreprise mène une lutte face à la concurrence dont l’objectif est de gagner. À la suite des travaux de Henry Mintzberg[32] ou du développement de la théorie des ressources depuis la fin des années 1990, notamment par Jay Barney[23], la plupart des chercheurs en stratégie ne distinguent pas la stratégie d'entreprise et le management stratégique, partant du principe que la définition d'orientations générales qui ne prendrait pas en compte leur mise en œuvre serait une démarche sans intérêt pratique. Porter a identifié deux problèmes-clés. Les "vaches" devaient être surveillées et les "étoiles" soutenues, tandis que les "chiens" devaient être vendus. Stratège militaire du début de l'époque des Royaumes combattants (475-221 av. Trois niveaux de stratégie Il existe trois niveaux de stratégie qui peuvent être mis en œuvre dans une entreprise. Pour Porter, la stratégie d'entreprise était toujours une question de positionnement. Le premier était la concentration des vendeurs (quel pourcentage du marché était contrôlé par les quatre plus grosses entreprises) et le deuxième, les barrières à l'entrée. D’autre part, les chercheurs s’appuyant sur la théorie organisationnelle (par exemple la théorie de la dépendance aux ressources) suggèrent que les entreprises ont tendance à s’associer à d’autres lorsque de telles relations leur permettent d’améliorer leur statut, leur pouvoir, leur réputation ou leur légitimité. L'objet des approches économiques libérales à l'organisation industrielle était de trouver des moyens de réduire ces barrières pour rendre le marché plus compétitif. L'emphase des années précédentes sur le processus de planification avait reflété l'intérêt supposé d'un nombre limité de très grosses sociétés avec un poids financier et politique démesuré, offrant un éventail de gammes de produits au sein d'une économie qui ne cessait de croître. Les Il pouvait aligner de nombreux exemples de tactiques utilisées par des entreprises recherchant la différenciation de leurs produits, ou levant des barrières à l'entrée, mais c'était là des illustrations de propositions dérivées de sa théorie. Le diagnostic stratégique externe et interne Les politiques d'intégration : Cette politique implique une croissance interne ou une croissance externe. Un des aspects les plus frappants de l'approche de Porter résidait dans ses implications politiques. Les méthodes de Porter pouvaient être critiquées pour leur nature déductive. De la Stratégie militaire à la stratégie d’entreprise : Les principes de l’école militaire peuvent être transposés dans la vie des affaires. L'une des meilleures illustration de cette émergence peut être trouvée dans la création d'un cours de Business Policy à Harvard Business School au milieu des années 60. Ces métaphores étaient puissantes, et la logique convaincante. Sur quel périmètre, ce modèle de création de valeur est-il déployé ? Selon lui[22], la planification stratégique devient le plus souvent un pur exercice bureaucratique qui limite la capacité d'adaptation de l'entreprise et empêche les stratégies émergentes d'apparaître. Vous pouvez ajouter ce document à votre liste sauvegardée. “Dès le départ ils se sont positionnés comme n’étant pas un café standard mais comme un endroit intermédiaire entre la maison et le bureau. En deux décennies, le nombre de business schools aux États-Unis a triplé, et la production de MBA a augmenté fortement en conséquence. Mais pour des firmes plus petites, dans des marchés nouveaux, ou mourants, avec des structures beaucoup plus simples, le défi était toujours assez différent, et de nouveaux défis commencèrent à apparaître, même pour les grosses sociétés. Bien que la méthodologie encourageait les entreprises à tenir compte de leur coûts totaux et à réaliser des économies d'échelle, elle pouvait aussi les induire gravement en erreur. Laissez-vous guider à travers cette fresque percutante, de Sun Tzu à Clausewitz pour les champs de bataille – option plein air – et de Michael Porter à Steve Jobs pour l’univers économique – option business. Il n’empêche que l’art de la stratégie militaire, tel qu’il nous a été transmis par les grands généraux de l’histoire, a toujours inspiré les gourous du management. Tandis que le management stratégique est l'ensemble des tâches relevant de la direction générale qui ont pour objectifs de fixer à l'entreprise les voies de son développement futur tout en lui donnant les moyens organisationnels d'y parvenir[48]. [16] Porter a pratiquement fait le lien entre position concurrentielle et aide du gouvernement lorsqu'il a remarqué de quelle façon les gouvernements peuvent "limiter ou même interdire l'accès à l'industrie avec des moyens de contrôle comme des exigences de licences et des limites de l'accès aux matières premières". Le mot stratégie provient du grec στρατηγός (strategós), construit à partir de stratos (armée) et ageîn (conduire). L’entreprise veut chouchouter ses clients, en leur proposant un service individualisé. Aux critiques qui relevaient que son analyse était trop statique, Porter a répliqué que les cinq forces avaient toutes besoin d'être surveillées justement parce qu'elles changeaient[9]. C'était le domaine de l'économie le plus facilement connectable à la stratégie d'entreprise, car il consistait en l'étude des situations de concurrence imparfaite. La clé était de trouver et d'exploiter les imperfections dans le marché. Cependant, Jean-Pierre Helfer, Michel Kalika et Jacques Orsoni continuent à introduire une distinction, en insistant sur la dimension organisationnelle du management stratégique. Philippe Silberzahn, Les trois niveaux de la stratégie : de la tactique à la stratégie intégrée, 2011. Comme la meilleure position était censée être extrêmement rentable, elle fournirait par la suite des ressources pour améliorer encore plus sa position. Le but était de trouver une "relation significative et quantitative" entre une entreprise et les marchés qu'elle vise[10]. L'ultrasimplification qui a établi sa réputation était la "courbe d'expérience". L'association des professeurs francophones de stratégie s'appelle ainsi l'Association Internationale de Management Stratégique , afin de bien marquer l'intégration de ces deux dimensions[46]. A. Ch. Découvrez sur ce site spécialisé dans la stratégie d'entreprise divers conseils sur l'analyse stratégique, outil de la stratégie et gestion des risques. Alain Vas - Docteur en Sciences de gestion, il est professeur en Stratégie et Gestion du changement à la Louvain School of Management de l'UCL (Belgique). En 1965, la fondation Ford rapportait « une utilisation croissante d'analyse quantitative et de model building » (« construction de modèle ») et plus de publications dans des journaux spécialisés en économie, psychologie et statistique[6]. Le professeur John Seeger a observé avec ironie que "les chiens peuvent être sympathiques, les vaches peuvent avoir besoin d'un taureau maintenant, et puis de rester productives, et les étoiles peuvent se consumer d'elles-mêmes." Les axes de stratégies classiques cherchent à assurer sa rentabilité, son développement, sa pérennité et le bien-être qu'elle apporte aux salariés. Sur la base de la stratégie d’entreprise, des plans d’actions sont mis en oeuvre au niveau de la direction et au niveau tactique sur le terrain par le biais de stratégies opérationnelles. Vous pouvez ajouter ce document à votre ou vos collections d'étude. La présomption de Henderson était que, pour les entreprises qui fabriquaient le même produit, les variations dans les coûts étaient largement liés à la part de marché. Pour mettre en place la stratégie, il est généralement nécessaire d'appliquer : Au milieu des années 1960, Igor Ansoff définit la démarche de planification stratégique[20]. Porter insistait qu'il soutenait la législation antitrust, et il faut noter qu'il y avait un certain degré de flou autour de cette législation à propos de la sévérité avec laquelle elle devait être appliquée à tout moment, et cela dépendait souvent des circonstances économiques. Son approche était davantage déductive qu'inductive. Avez-vous trouvé des erreurs dans linterface ou les textes? L’endroit est accueillant et les employés, qui sont eux-mêmes consi… La stratégie d'entreprise est aussi appelée politique générale d'entreprise ou management stratégique. Il était par conséquent attiré par l'idée de systèmes tendant vers l'équilibre, et que la stratégie d'entreprise avait pour objectif, dans un système incluant des concurrents, d'être l'un des premiers à bouleverser l'équilibre et à le rétablir par la suite, sur des fondements plus favorables bien entendu. Classiquement, la démarche d'analyse stratégique consiste en cinq étapes : Historiquement, on a distingué deux niveaux en stratégie d'entreprise : À la lumière de travaux plus récents, notamment ceux consacrés à l'innovation stratégique, à l'approche par les ressources, à l'hypercompétition ou à la stratégie émergente, cette distinction est souvent considérée comme dépassée, car elle s'oppose à une vision intégrée de la stratégie : Dans une entreprise mono activité, le niveau corporate et le niveau business sont confondus tandis que dans une entreprise aux activités diversifiées, ces deux démarches sont interactives. En 1980, 57 000 MBA étaient octroyés par 600 programmes, comptant pour 20 % du nombre total de diplômes de masters délivrés. 1.Quelques éléments de stratégie …! En 900, l'empereur byzantin Léon VI le Sage parle dans son traité sur la tactique de l'« art du strategos » pour traduire le latin Ars bellica. Il diffère de ce que l'on nomme habituellement le diagnostic d'entreprise du fait qu'il recourt aux concepts et méthodes de l'analyse stratégique. La seconde "puissante ultrasimplification" notable du Boston Consulting Group était la growth-share matrix, généralement appelée en français Matrix BCG à partir des initiales du cabinet. Cette relation entraîne directement d'autres problématiques telles que l' incertitude lorsque les stratégies sont prévues sur le … Il a fallu attendre 1980 pour qu'une percée majeure en stratégie d'entreprise nous vienne des business schools américaines. Quel modèle de création de valeur utiliser afin d'assurer des profits durables à l'entreprise (quel est son modèle économique) ? (Pour les plaintes, utilisez Le défi consistait à développer le raisonnement nécessaire dans des termes suffisamment explicites pour être "exécuté de façon coordonnée dans des organisations complexes"[9]. Martinet évoque la « dilution de la notion stratégique ».